1:1 "Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre".

« Rabbi Yits'haq a dit : "La Tora aurait dû commencer avec le verset "Ce mois-ci est pour vous le commencement des mois..."(1) qui est le premier commandement donné [au peuple d'] Israël. Pour quelle raison commence-t-elle par la création ?»

«[La raison est que] si les nations du monde s'adressent [au peuple d'] Israël en disant :"Vous êtes des voleurs car vous avez pris pour vous-mêmes les terres des sept nations [du pays de Canaan]," il pourrait alors répondre : "La terre entière appartient au Saint, béni soit-Il et Il la donne à qui Il désire. Son désir fut de leur donner, puis Son désire fut de leur reprendre afin de nous la donner".» Ceci est une Aggada qui est citée dans le commentaire de Rabbi Chlomo (2).

On aurait pu penser qu'il était réellement nécessaire de commencer la Tora avec le verset « Au commencement, Dieu créa...» car cela représente la racine de la foi et la personne qui ne croit pas en ce récit – et pense que le monde a toujours existé – est essentiellement hérétique et ne possède aucune [part dans la] Tora.

La réponse est que l'acte de Création est un profond mystère qui ne peut pas être compris à la [seule] lecture des Écritures, mais grâce à la tradition qui remonte jusqu'à Moïse notre maître qui l'entendit de la bouche du Tout-Puissant et les personnes qui en connaissent la signification sont obligées de la cacher.

C'est pour cela que Rabbi Yits'haq a dit qu'il n'était pas nécessaire que la Tora commence avec [le verset] « Au commencement, D-ieu créa...», ni par le récit de ce qui fut créé le premier jour, de ce qui fut fait pendant le deuxième jour, ainsi que les jours suivants.

[De la même façon], il n'était pas nécessaire de raconter en détail le récit d'Adam et d'Ève, ni leur péché et leur punition, ni l'histoire du Jardin du Paradis et l'expulsion d'Adam de ce jardin. La raison est que tout cela ne peut pas être compris entièrement [à la lecture] des versets.

Le besoin était à plus forte raison encore moins grand de raconter le récit de la génération du déluge et de sa dispersion. Ces récits ne possèdent aucune utilité pour les personnes qui croient en la Tora.

Celles-ci croiraient en la déclaration mentionnée à leur égard dans les Dix Commandements : « Car en six jours l'Éternel a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils renferment et Il s'est reposé le septième jour » (3). La compréhension du récit de la Création serait restée entre les personnes qui l'eurent reçue comme tradition, depuis l'époque de Moïse qui reçut la Tora sur le mont Sinaï avec la Tora orale.

Suite...

(1) Éxode 12:2. Dans ce verset, le commandement de la bénédiction de la lune est enseigné.

(2) Rachi, dans son commentaire sur la Tora, à propos de ce verset.

(3) Éxode 20:11.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Béréchith

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Pour quelle raison la Tora commence-t-elle par le récit de la Création ?

  • Quel est le premier commandement enseigné par la Tora ?

  • Quel est le meilleur endroit du monde ?

  • Pour quelle raison le peuple de Canaan fut-il renvoyé de sa terre (la Terre d'Israël) ?