(Afin de lire la partie précédente du commentaire du Ramban sur la Paracha, cliquez ici.)

Cependant, vous connaissez déjà l'essentiel grâce à ce que nous avons écrit dans le précédent Seder (25) : [la ville de] 'Haran était le pays [d'Abram] et cet endroit est également son lieu de naissance. Cette terre était celle de son père, depuis toujours et c'est depuis cet endroit qu'il [Abram] lui fut commandé de la quitter.

C'est également ce qu'il est dit dans le Midrach Berechith Rabbah (26) : « Lekh lekha : un depuis Aram-Naharaïm (27) et un depuis Aram-Nahor » (28).

La raison pour laquelle il est mentionné [dans notre verset] « de ton pays, de ton lieu natal et de la maison paternelle » est qu'il est difficile pour une personne de quitter le pays dans lequel elle vit et [résident] les personnes qu'elle aime et ses amis. Cela est encore plus vrai lorsqu'il s'agit de la terre où elle est née. Et à plus forte raison lorsque toute sa famille se trouve [sur cette terre].

C'est pour cela qu'il fut ncessaire de lui [à Abram] dire qu'il tout quittait en raison de son amour pour le Saint, béni soi-t-Il.

12:1 "...Et va au pays que Je t'indiquerai."

Il [Avraham] erra et alla « de nation en nation, d'un royaume vers un autre peuple »(29) jusqu'au [jour où] il arriva en terre de Canaan où Il [Hachem] lui dit (30) : « C'est à ta postérité que Je destine ce pays ». Alors, [la promesse] « [et va au] pays que Je t'indiquerai » fut tenue et Abraham prit résidence et s'y installa.

Et ce qui est dit [dans le verset] (31) : « Ils partirent pour se rendre dans le pays de Canaan », signifie qu'il [ne partit pas dans ce pays avec l'intention] de s'y installer dans la mesure où il [Abraham] ne savait pas encore que c'est sur cette terre qu'il lui serait commandé [de résider].

[C'est pour cette raison que] le juste [Abraham] prit le chemin du pays de Canaan, car telle fut son intention, ainsi que celle de son père, lorsqu'ils quittèrent Our-Kasdim. Cela est la raison pour laquelle [qu'Abrahm] dit (32) : « Lorsque D-ieu me fit errer, loin de la maison de mon père » ; le fait est qu'il errait « comme une brebis égarée » (33).

(34) Il est [également] possible de dire qu'Abraham depuis le début que le pays de Canaan était l'héritage [que lui destinait] Hachem et dans lequel Hachem lui donnerait sa part. [Dans ce cas], il croyait que [le commandement] « va au pays que Je t'indiquerai » faisait allusion au pays de Canaan, dans sa totalité ou à l'une de ses provinces (35). Il se dirigea alors [son esprit] vers le pays de Canaan, [en sachant] que là-bas se trouvait la terre qu'Il [D-ieu] lui indiquerait véritablement.

Suite...

(25) Au verset 11:28, dans la Paracha Noa'h.

(26) 39:8.

(27) Chaque pays qui se situait entre deux rivières (naharaïm) était appelé « Aram-Neharaïm ». La ville de 'Haran, qui se trouvait proche d'une rivière, s'appelait également Aram. Ainsi, dans notre verset, la double expression « lekh lekh(a) » signifie un double départ : Abraham devait quitter sa ville - Aram-Nahor – et son pays, Aram-Naharaïm.

(28) En d'autres termes : un « lekh » pour le départ d'Abraham de son pays et un autre « lekh(a) » pour son départ de sa ville.

(29) Psaumes 105:13.

(30) Verset 7.

(31) Verset 5.

(32) Deutéronome 20:13.

(33) Psaumes 119:176.

(34) Ne pouvant amener une preuve tangible de ce qu'il avance, le Ramban suggère également l'opposé.

(35) De fait, le pays de Canaan était composé de plusieurs provinces, comme cela est dit au verser du Deutéronome 26:3.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Lekh lekha

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Pouvez-vous dire à quel endroit se trouvait Abram lorsqu'Hachem lui adressa les paroles de premier verset de notre Paracha ?

  • Quelle différence d'interprétation existe-t-il entre Rachi et Ibn Ezra à propos du premier verset ?
  • Lorsqu'il quitta son pays natal, Abraham savait-il qu'il devait se rendre en terre de Canaan afin de s'y installer ?