(Afin de lire la partie précédente du commentaire du Ramban sur la Paracha, cliquez ici.)

Selon Rabbi Avraham (16), [le verset signifie] : « Juste », c'est-à-dire : dans ses actions et « Irréprochable », c'est-à-dire : dans son cœur. [Cependant], il est écrit (17) : « Tu fus irréprochable dans ta conduite » (18).

Après avoir dit qu'il [Noé] était un homme juste – car il n'était pas un homme violent et n'avait pas corrompu ses manières, contrairement aux personnes qui appartenaient à sa génération – il est dit qu'il respectait le Nom auguste et qu'il révérait Lui seul (19).

Il ne fut pas séduit par les astrologues, par ceux qui prédisent l'avenir, par les devins, ni – à plus forte raison – par les l'idolâtrie ; il ne leur prêta aucune attention. C'est plutôt à Hachem seulement qu'il s'accrochait toujours et il marchait sur le chemin qu'Hachem choisissait ou lui enseignait car il était un prophète.

Ceci correspond [à ce qui est dit dans le verset] (20) : « Après l'Éternel, votre Dieu, vous marcherez et c'est Lui que vous devez craindre ». [Ce verset] fait référence à l'éloignement de celui qui prophétise en faveur de l'idolâtrie et donne un signe ou une preuve (21), comme j'expliquerai (22). Je mentionnerai encore cela en relation avec le verset (23) : « Marche devant Moi et soit irréprochable » (24) si Celui (25) qui est parfait est avec moi.

(26) Dans la mesure où Noé était un [homme] juste et qu'il n'aurait pas été approprié de le punir, ses enfants – ainsi que sa maisonnée – méritèrent d'être sauvés grâce à lui. De fait, il eut vécu la disparition de sa progéniture comme une punition. D'autre part, [il est possible de] dire qu'il fut entièrement juste (27) et que ses enfants et sa maisonnée furent également justes par le fait qu'il était celui qui leur avait enseigné.

Cela correspond à ce qui est écrit (28) : « Car Je l'ai distingué pour qu'il prescrive à ses fils et à sa maison [après lui d'observer la voie de l'Éternel] » (29).

6:9 "Entre ses contemporains."

« Certains de nos rabbins expliquent cela à son [Noé] avantage (30) : à plus forte raison s'il avait vécu dans une génération [d'hommes] justes. [Cependant] d'autres expliquent cela à son désavantage (31). » Cela correspond à ce qu'à dit Rachi.

Selon moi, l'interprétation simple est celle qui est exacte (32). La raison pour laquelle il est dit qu'il [Noé] fut le seul à avoir été un juste « entre ses contemporains » est qu'il n'y avait aucun autre [homme] juste ou irréprochable en dehors de lui. Cela correspond [à ce qui est écrit dans le verset] (33) : « [L'Éternel dit à Noé : "Entre, toi et toute ta famille dans l'arche, car] c'est toi que J'ai reconnu juste parmi cette génération".» [Cela signifie] qu'il n'y avait personne d'autre dans cette génération qui aurait pu mériter d'être sauvé.

[La Tora] dit « entre ses contemporains » (34) car de nombreuses générations étaient passées depuis le temps où [les personnes étaient devenues] corrompues et il n'y avait pas [d'hommes justes] sur la terre en dehors de lui.

Et que les paroles de nos rabbins (35) – à l'égard de Mathusalem – ne représentent pas de difficulté pour toi car la Tora (36) dit seulement qu'il n'y avait pas d'hommes juste qui méritait d'être sauvé du déluge parmi toutes ces générations (37).

Suite...

(16) Ibn Ezra.

(17) Ezéchiel 28:15.

(18) Selon le Ramban, l'expression « irréprochable » concerne ainsi les actions plutôt que les pensées qui se trouvent dans le cœur d'une personne.

(19) Deutéronome 28:58.

(20) Ibid. 13:5.

(21) À l'appui de ses mots.

(22) À propos de verset du Deutéronome 13:5.

(23) Genèse 17:1.

(24) Lorsqu'Hachem s'adressa à Avraham.

(25) C'est-à-dire : Dieu.

(26) Le Ramban répond maintenant à la question suivante : dans la mesure où le verset ne dit pas que les enfants de Noé furent « justes » et « irréprochables », pour quelle raison furent-ils sauvés du déluge avec leur père ?

(27) Si Noé avait été seulement « juste », cela signifie qu'il n'avait pas péché, ce qui n'aurait pas nécessairement permis à sa famille d'être sauvé. Cependant, s'il avait été « entièrement juste » (tsadiq gamour), cela aurait signifié qu'il avait enseigné à sa famille comment suivre la voie de l'Éternel.

(28) Genèse 18:19.

(29) Paroles qu'a prononcé Hachem à l'égard d'Avraham.

(30) La question est : que signifie l'expression : « Il était juste et irréprochable entre ses contemporains »?

(31) C'est-à-dire : c'est uniquement en rapport à ses contemporains qu'il pouvait être considéré comme un homme juste et irréprochable.

(32) Selon le Ramban, l'objectif du verset n'est pas de louer – ni de mettre dans l'embarras – Noé ; il s'agit plutôt d'expliquer la raison pour laquelle Noé fut le seul – parmi ses contemporains – à être sauvé.

(33) Genèse 7:1.

(34) Littéralement : « dans ses générations ».

(35) Midrach Rabbah 32:10. Il est dit qu'Hachem attendit la fin des sept jours de deuil de Mathusalem avant de faire commencer le déluge. Cela semblerait indiquer qu'il y avait un autre homme juste à l'époque de Noé. Cependant, le mérite de Mathusalem lui permit seulement de ne pas périr pendant le déluge.

(36) Littéralement : « les Écritures ».

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Noa'h

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Selon quels commentateurs le mot « toldoth » signifie-t-il « ses chroniques » ?

  • Selon le Ramban, quelle est la signification du mot « toldoth » ?
  • Noé méritait-t-il d'être sauvé du déluge ?
  • Quelle sont les deux interprétations possibles de l'expression « Entre ses contemporains » ?