16:18 "Tu institueras des juges et des magistrats dans toutes les villes que l'Éternel, ton Dieu, te donnera."

Il a commandé dans la Tora (1) que le sujet [de discorde] entre deux parties soit présenté devant les juges et que [l'individu reconnu coupable] « paiera selon ce que diront les experts »(2). Dans ce cas, [nous devons comprendre qu'] Il a commandé à Israël d'avoir des juges et [dans notre verset, Moïse] expliqua [que le peuple] devait nommer des juges dans toutes leurs villes, lorsque Dieu leur donnerait la Terre [d'Israël].

[D'autre part], à l'extérieur de la Terre [d'Israël, le peuple] n'est pas obligé de nommer des tribunaux. Lorsqu'une personne formule une plainte (3), les individus qui possèdent les qualités nécessaires pour juger son cas se présenteront et exerceront la justice selon leurs lois (4). Autrement, les parties impliquées se rendront en Terre [d'Israël] au moment voulu (5) et là-bas, la justice sera prononcée dans les lieux de justice. Il ajoute ici [que le peuple doit nommer des] policiers qui mettront en exécution les jugements.

[Nous pouvons comprendre] de cela qu'il n'a pas été commandé au [peuple d']Israël qui réside à l'extérieur de la Terre [d'Israël] de nommer des juges dans les villes. C'est ainsi que le comprend (6) le Rav Moché (7).

Cependant, dans le traité Makoth (8), il est enseigné :

« "Ces prescriptions auront pour vous force de loi dans toutes vos générations, dans toutes vos demeures"(9). Cela nous enseigne que [l'autorité] du Sanhédrin (10) s'exerce en Terre [d'Israël] et à l'extérieur de la Terre [d'Israël]. Si cela est le cas, pour quelle raison est-il dit : "Tu institueras des juges et des magistrats dans toutes les villes"? La raison est qu'en Terre [d'Israël] tu dois nommer [des juges] dans chaque circonscription et dans chaque ville, tandis qu'à l'extérieur de la Terre [d'Israël], tu dois en nommer [seulement] dans chaque circonscription et tu n'as pas à en nommer dans chaque ville.»

[Selon la Guémara Makoth], il semblerait ainsi qu'à l'extérieur de la Terre [d'Israël], nous avons l'obligation de désigner un Sanhédrin non pas dans chaque ville – comme cela est le cas en Terre [d'Israël] – mais dans chaque circonscription. Si cela est le cas, ce commandement devrait s'appliquer à toutes les époques en ce qui concerne le droit civil ainsi que les affaires qui peuvent être jugées (11) à l'extérieur de la Terre [d'Israël].

Cependant, à notre époque où l'ordination a été abolie, dans la mesure où [l'application des] lois (1) a été supprimée selon la Tora (12) – car il est écrit (13): « [Et voici les statuts] que tu leur exposeras » (14), mais pas aux simples citoyens (15), ce que nous sommes, car nous ne pouvons pas appliquer les lois à l'extérieur de la Terre [d'Israël] à l'exception des lois pour lesquelles « nous effectuons la tâche des anciens »(16) – nous ne sommes pas obligés, selon la Tora, de respecter le commandement de nommer des juges.

Suite...

(1) Éxode 22:8.

(2) Ibid. 21:22.

(3) Devant les responsables d'une cité.

(4) C'est-à-dire : selon les lois de la Tora ; Ézéchiel 44:24.

(5) C'est-à-dire : aux périodes pendant lesquelles siègent les tribunaux.

(6) Littéralement : « qu'écrit ».

(7) Rav Moché ben Maïmon, c'est-à-dire : le Rambam. Halakhoth Sanhédrin 1:2.

(8) 7a.

(9) Les Nombres 35:29.

(10) La plus haute institution judiciaire dans le judaïsme ; à l'époque où le Temple se dressait à Jérusalem, elle résidait en partie dans son enceinte.

(11) C'est-à-dire : le droit pénal, les vols, les dommages corporels.

(12) Même en Terre d'Israël.

(13) Éxode 21:1.

(14) C'est-à-dire : que « tu exposeras aux individus qui ont reçu l'ordination.»

(15) C'est-à-dire : aux individus qui n'ont pas reçu l'ordination.

(16) Gittin 88b.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Choftim

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • À l'époque où le Temple se dressait à Jérusalem, les juifs avaient-ils l'obligation de nommer des tribunaux rabbiniques, peu importe où ils habitaient ?

  • De quelle façon s'applique de nos jours l'obligation - pour les juifs - de nommer des tribunaux rabbiniques ?

  • Fallait-il qu'il y ait un tribunal rabbinique dans chaque ville ou dans chaque tribu ?

  • De combien de juges les tribunaux rabbiniques étaient-ils composés ?

  • De quelle façon pouvait-on choisir le lieu où un procès pouvait se dérouler ?

  • Quelle est la récompense que les juifs peuvent envisager de recevoir s'ils nomment des juges de valeur dans leurs tribunaux ?