(Afin de lire la partie précédente du commentaire du Ramban sur la Paracha, cliquez ici.)

"Dans chacune de tes tribus." « Cela fait référence à : "Tu institueras"(17). Cela nous enseigne que des tribunaux rabbiniques doivent être instaurés dans chaque tribu et dans chaque ville.» Ceci selon Rachi et également selon le traité Sanhedrin (18). Cependant, je ne comprends ce que cela signifie. Dans la mesure où des tribunaux rabbiniques ont déjà été nommés dans chaque ville, il s'en trouve de nombreux dans chaque tribu.

Il se peut que le sens [de cette expression] est de nous apprendre que s'il se trouve une ville [qui est partagée] par deux tribus – comme cela est le cas pour Jérusalem qui est partagée [par les tribus] de Yehouda et de Benyamin – nous devons mettre en place deux tribunaux rabbiniques. C'est d'ailleurs ce qui est écrit dans le chapitre « 'Heleq » (19): qu'ils peuvent diviser une ville entre deux tribus, comme cela fut le cas pour Jérusalem [qui fut partagé] entre [les tribus de] Yehouda et Benyamin.

Il est également possible d'expliquer que la Tora (20) nous oblige de nommer [avant tout] un tribunal rabbinique pour l'ensemble d'une tribu qui pourra juger l'ensemble des individus [qui appartiennent à cette tribu]. Par la suite, nous devons nommer un tribunal rabbinique pour chaque ville qui sera à même de juger [les individus] qui résident dans chacune de ces villes.

Même si ces tribunaux possédaient le même nombre de juges – vingt-trois pour [les affaires de] droit pénal et trois [pour celles de] droit civil – ceux qui étaient dotés de la plus grande sagesse étaient nommés pour l'ensemble d'une tribu, tandis que ceux qui étaient d'un niveau inférieur [de sagesse, étaient nommés] dans chaque ville.

Une partie [qui était impliquée dans un procès] pouvait obliger la partie adverse à être poursuivie en justice seulement devant le tribunal rabbinique de sa ville et pas devant un tribunal rabbinique d'une autre ville. Même si les deux parties se trouvaient dans une autre ville (21), une de ces parties pouvait dire à l'autre : « Présentons-nous devant le tribunal rabbinique de notre ville.»

D'autre part, un tribunal rabbinique [dont l'autorité judiciaire s'exerçait sur l'ensemble] d'une tribu pouvait forcer chaque individu de la même tribu à se présenter devant lui. De plus, même si les parties impliquées se trouvent dans leur ville, une d'elles peut dire à l'autre : « Je [désire] aller devant le tribunal rabbinique supérieur de la tribu ».

De plus, si les tribunaux rabbiniques qui siègent dans les villes sont dans le doute [en ce qui concerne une affaire spécifique], ils doivent se présenter devant le tribunal rabbinique supérieur de la tribu afin de lui demander [son avis].

Ainsi, de la même façon qu'un Grand Sanhedrin était nommé afin d'encadrer la totalité des tribunaux rabbiniques d'Israël, un tribunal rabbinique était également nommé afin [de superviser] chaque tribu.

Si [les juges qui siégeaient au tribunal d'une tribu] estimaient qu'ils devaient réformer ou décréter dans un domaine qui concernait leur tribu, ils pouvaient décréter ou réformer [ce qui devait l'être] et pour cette tribu, cela représentait l'équivalent d'un décret du Grand Sanhedrin qui aurait concerné l'ensemble d'Israël.

Cela correspond au « Tribunal rabbinique » qui est mentionné dans le traité Horayoth (22) qui nous enseigne que dans le cas où le tribunal d'une des tribus rend une décision, la tribu [sur laquelle ce tribunal exerce son pouvoir] doit tenir compte de cette décision et qu'elle est obligée [d'agir en conséquence], tandis que les autres tribus sont libres [de toute obligation liée à cette décision].

Selon l'interprétation simple du verset (23, [celui-ci signifie que] « Tu institueras des juges et des magistrats dans chacune de tes tribus et dans toutes tes villes ». Nous apprenons de cela qu'ils doivent nommer des juges pour leurs tribus et que ceux-ci doivent juger dans toutes les villes. De la sorte, les juges de chaque tribu doivent juger dans chaque ville [de celle-ci].

Suite...

(17) Au début de notre verset.

(18) 16b.

(19) Sanhedrin 111b.

(20) Littéralement : les « Écritures ».

(21) C'est-à-dire : une ville différente de leur ville d'origine.

(22) 5a.

(23) Le Ramban donne également l'explication simple du verset car selon l'interprétation qu'il en donne précédemment, le verset aurait dû être écrit ainsi : « Tu institueras des juges et des magistrats dans tes tribus (...) et dans chacune de tes villes....»

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Choftim

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • À l'époque où le Temple se dressait à Jérusalem, les juifs avaient-ils l'obligation de nommer des tribunaux rabbiniques, peu importe où ils habitaient ?

  • De quelle façon s'applique de nos jours l'obligation - pour les juifs - de nommer des tribunaux rabbiniques ?

  • Fallait-il qu'il y ait un tribunal rabbinique dans chaque ville ou dans chaque tribu ?

  • De combien de juges les tribunaux rabbiniques étaient-ils composés ?

  • De quelle façon pouvait-on choisir le lieu où un procès pouvait se dérouler ?

  • Quelle est la récompense que les juifs peuvent envisager de recevoir s'ils nomment des juges de valeur dans leurs tribunaux ?