1:1 "Ce sont là les paroles que Moïse adressa à tout Israël".

[Ces paroles ont été prononcées] à l'égard des commandements qui sont mentionnés dans la totalité du livre (1), en commençant par les Dix Commandements dans la Paracha Vaét'hanan (2), tel qu'il est dit : « Moïse commença (3) à expliquer cette Tora en disant... »(4) De fait, cela fut prononcé en référence à la Tora. D'autre part, il manque au verset suivant : « l'Éternel notre Dieu nous avait parlé »(5) l'expression « en disant »(6).

Cela est également le cas pour les versets : « Car Dieu m'a fait oublier toutes mes tribulations et toute la maison de mon père » et : « Car Dieu m'a fait fructifier dans le pays de ma misère » (7) auxquels il manque l'expression « [Joseph] dit que Dieu m'a fait oublier...»

La signification de ces versets est la suivante : « Ce sont là les commandements que Moïse adressa à tout Israël en deçà du Jourdain dans la quarantième année depuis leur sortie d'Égypte, le premier jour du onzième mois, selon tout ce que l'Éternel lui avait ordonné à leur égard »(8).

Cela se passa après qu'il [Moïse] ait défait Sihon et Og (9) dans le pays de Moab. C'est à cet endroit que Moïse commença à leur expliquer cette Tora en leur disant : « L'Éternel notre Dieu nous avait parlé au Horeb en ces termes: "Assez longtemps vous avez demeuré..."»(10).

La signification [de ces paroles] est que lorsque Moïse commença à leur expliquer les commandements, il débuta son discours en disant :

« L'Éternel notre Dieu nous avait parlé au Horeb...»(11) après nous avoir donné les Dix Commandements [en nous ordonnant] de conquérir le territoire et de traverser le Jourdain, mais vos péchés ont été la cause de telle et telle chose.

Les paroles de cette introduction continuent jusqu'à leur conclusion, avec le verset : « Et tu observeras Ses lois et Ses commandements que Je te prescris aujourd'hui, pour ton bonheur et pour celui de tes enfants après toi et afin que ton existence se prolonge sur cette terre que l'Éternel, ton Dieu, te donne à perpétuité »(12).

Suite...

(1) La question est la suivante : l'expression « Ce sont là les paroles » fait-elle référence aux remontrances ou aux commandements (« mitswoth ») qui sont inscrites dans le livre du Deutéronome ? Selon Rachi, cette expression fait référence aux remontrances (voir Rachi 1:1). Cela n'est pas l'opinion du Ramban pour lequel cette expression fait référence aux remontrances.

(2) En d'autres termes, l'expression « Ce sont là les paroles » ne fait pas référence aux premiers versets qui ouvrent le Deutéronome. Elle fait plutôt référence aux Dix commandements indiqués plus loin dans la Paracha Vaét'hanan (chapitres 3:23 à 7:11 du Deutéronome) et aux paroles qui les suivent.

(3) La traduction « commença » correspond à celle qui est la plus répandue parmi les commentateurs. Plus loin dans son commentaire, le Ramban expliquera la raison pour laquelle il comprend ce mot d'une façon différente.

(4) Verset 5.

(5) Verset 6.

(6) Dans la mesure où selon le Ramban, l'expression « Il dit » du verset 5 ne fait pas référence aux paroles qui suivent dans le verset 6 – mais à celles plus lointaines qui commencent la description des Dix Commandements – le verset 6 devrait commencer par l'expression «Il dit » afin de nous faire comprendre qu'à ce stade, c'était Moïse qui parlait d'un autre sujet. C'est la raison pour laquelle, selon le Ramban,  il est important de noter que dans le verset 6 omet l'expression « Il dit (l'Éternel notre Dieu...)».

(7) Genèse 41:51-52.

(8) Reformulation du verset 3.

(9) Verset 4.

(10) Verset 6.

(11) Idem.

(12) Verset 4:40.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Devarim

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • L'expression « Ce sont là les paroles » (1:1) fait-elle référence aux remontrances ou aux commandements (« mitswoth ») qui sont inscrites dans le livre du Deutéronome (selon Rachi et selon le Ramban)?

  • Quelle est la condition pour que l'explication de la Tora et l'achèvement des commandements puissent-ils être réalisés ?
  • Les pays de Moab et de Sihon étaient-ils éloignés ou proches l'un de l'autre ?
  • Quelle est la différence d'interprétation - entre Rachi et le Ramban - de l'expression « ho'il Moché »?