26:2 " Tu prendras des prémices de tous les fruits de la terre, récoltés par toi dans le pays."

[Le verset signifie que] vous prendrez les prémices de tous les fruits que vous amènerez à la maison de votre terre que l'Éternel, votre Dieu, vous aura donnée. Il commande [à la personne] qu'elle doit mettre de côté le fruit du champ, qu'elle le désigne à l'endroit [où il se trouve], qu'elle l'amène dans sa maison et le mette dans un récipient approprié afin de l'amener à la « Maison choisie »(1).

La Tora (2) n'a pas indiqué une quantité [spécifique en ce qui concerne les prémices des fruits]. C'est pour cette raison que même un seul grain de chaque espèce dispense un champ entier. Cela est identique à la loi de terouma (3) pour lequel un grain de blé dispense un tas [entier](4).

26:2 "Et tu te rendras à l'endroit que l'Éternel, ton Dieu, aura choisi."

Selon le sens simple [du verset (5), il s'agit] d'une mise en garde pour ne pas apporter les prémices dans une des villes [autre que Jérusalem] après que le Temple fut choisi. De la même façon qu'Il mit en garde de ne pas abattre de sacrifices à l'extérieur [du Temple], Il nous met également en garde en ce qui concerne les prémices. Cependant, l'obligation [d'amener] les prémices [prit effet] dès qu'ils eurent conquis et divisé [la terre], comme l'a dit Rachi (6).

[Il est dit] dans le Sifré : « "Tu te rendras à l'endroit que l'Éternel, ton Dieu, aura choisi pour y faire régner Son Nom". Cela fait référence à Shiloh et à la "Maison éternelle"(7).»(8) [Les rédacteurs du Sifré] ont sans doute voulu dire que les bamoth (9) étaient interdites pendant ces deux périodes (10). Cependant, pendant [les périodes] de Nov et de Gibeon (11), les prémices pouvaient également être offerts, [même si cela était possible seulement] sur un bama public. De fait, n'est-il pas écrit qu'ils étaient offerts sur l'autel (12) ?

D'autre part, dans la mesure où il est écrit (13): « Les prémices nouvelles de ton sol, tu les apporteras dans la maison de l'Éternel ton Dieu », il est possible qu'ils n'amenaient pas les prémices dans « une tente et dans un tabernacle »(14), mais seulement à Shiloh, où se trouvait un édifice en pierres et à la « Maison éternelle »(1).

Suite...

(1) C'est-à-dire : le Temple de Jérusalem.

(2) Littéralement : les Écritures.

(3) « Offrande élevée ». Il s'agit de la dîme des produits agricoles que les Lévites et les Israélites amenaient aux Kohens à l'époque du Temple de Jérusalem.

(4) Cependant, les autorités rabbiniques ont fixé que ce montant devait se situer entre 1/40ième et 1/60ième.

(5) Le Ramban cherche à répondre à la question suivante : le verset interdit-il d'offrir les prémices avant que le Temple soit construit ou interdit-il de les offrir à l'extérieur de celui-ci après qu'il fut construit ?

(6) Au verset précédent.

(7) C'est-à-dire : le Temple de Jérusalem.

(8) Il semble ainsi que selon le Sifré, le verset interdit d'amener les prémices avant que le Temple ne fut construit.

(9) Au singulier : bamah (« Place élevée »). Lieu où l'on amenait les offrandes. Un bama pouvait être public ou privé.

(10) Lorsque la Terre d'Israël fut conquise, l'arche dans laquelle se trouvaient les Table de la Loi fut amenée au lieu de Shiloh où elle y résida pendant 369 années.

(11) Lorsque les Philistins détruisirent le Sanctuaire, l'arche fut amenée à Nov et ensuite Gibeon où elle y résida pendant 57 années.

(12) Au verset 4. Le terme « autel » fait référence seulement à un lieu public où il est possible d'amener des offrandes.

(13) Éxode 23:19.

(14) Samuel II 7:6.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Ki Tavo

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Pouvez-vous citer une des appellations du Temple de Jérusalem ?

  • Selon la Tora, quelle est la quantité minimale que l'on doit donner comme prémices des fruits ?

  • Pouvait-on amener les prémices dans la ville de notre choix ?

  • Pouvez-vous citer deux lieux dans lesquels l'arche a résidé ?