11:29 "Tu proclameras la bénédiction sur le mont Garizim".

« Comme [Onkelos] l'a traduit : "Ceux qui béniront, sur le mont Gazirim", c'est-à-dire : [ceux qui béniront seront placés] en face du mont Gazirim. Ceci est ce qu'à écrit Rachi (1).

Cependant, ceci n'est pas exact [si l'on tient compte de] l'interprétation simple [du verset]. De fait, aucune instruction n'a encore été formulée à propos des personnes qui prononceront la bénédiction.

La signification du verset est plutôt la suivante : « Je mets devant vous une façon de recevoir une bénédiction et d'autre part, une façon de recevoir une malédiction »(2).

L'expression « devant vous » (3) signifie que « vous devez choisir pour vous ce que vous désirez » et Je vous informe que « vous [recevrez une] bénédiction si vous respectez les commandements, mais que vous [recevrez une] malédiction si vous ne les respectez pas ».

Cela correspond à ce qui est dit plus loin (4): « Vois, Je te propose en ce jour, d'un côté, la vie avec le bien et de l'autre, la mort avec le mal.»

Ensuite, il est dit ici [dans notre verset], qu'ils devaient prononcer à leur égard (5) cette bénédiction – à laquelle il est fait référence – en [la plaçant sur] le mont Gazirim et cette malédiction en [la plaçant sur] le mont Hébal. Cela devait donc consister en des paroles (6). Cela correspond à ce qu'a écrit Rabbi Abraham ibn Ezra à propos du verset (7): « Et il les mettra sur la tête du bouc ».

Et ici [dans notre verset], il est dit – sous forme de mise en garde – qu'ils devaient prononcer la bénédiction [en la plaçant] sur le mont Gazirim, c'est-à-dire : bénir le peuple s'il prête attention aux commandements de Dieu. D'autre part, [ils devaient prononcer] la malédiction [en la plaçant] sur le mont Hébal en disant :« Maudit celui qui n'écouteras pas les commandements et qui s'écartera du chemin que Dieu lui a commandé. »

Il aurait été possible que toutes les tribus prononcent la bénédiction et que toutes [prononcent ensuite] la malédiction ou que les lévites prononcent les deux. [Il aurait été également possible] qu'un seul individu prononce les deux.

[Afin d'éclaircir ce point, la Tora] revient sur ce sujet et explique (8):

« Voici quelles tribus prendront position sur le mont Gazarim pour la bénédiction (…) et les suivantes se placeront pour la malédiction (…) et les lévites prendront la parole » et le sujet est ainsi expliqué [entièrement]. Car ici (9), à cause de la mise en garde dans laquelle il est dit :« Voyez, Je mets devant vous...», il est fait mention [seulement] d'une façon partielle au commandement avant de revenir [d'une façon plus complète] à son explication à sa propre place (10).

Il est possible (11) que le mont Gazirim se trouvait au sud – qui est à droite (12) – et que le mont Hébal se trouvait au nord, tel qu'il est (13): « C'est du Nord que le malheur doit éclater.» (14).

Suite...

(1) En d'autres termes : seront Rachi, les Lévites – qui devaient bénir le peuple – devaient être placés face au mont Gazirim.

(2) C'est-à-dire : le peuple juif devait choisir entre respecter les commandements et recevoir une bénédiction ou de ne pas respecter les commandements et de recevoir une malédiction.

(3) Dans la mesure où selon le Ramban, ce qui est mis « devant » le peuple juif sont des paroles – celles des bénédictions et des malédictions – il aurait semblait plus adéquate que le verset dise : « Je vous donne une bénédiction ou une malédiction...» Pour répondre à cette difficulté, le Ramban estime que « l'expression "devant vous" signifie...»

(4) Verset 30:15.

(5) Aux tribus.

(6) Contrairement à Rachi, selon lequel ce sont les Lévites qui devaient être placés en face du mont Gazirim.

(7) Lévitique 16:21. Dans ce cas également, l'expression « mettre » fait référence à des paroles qui devaient être prononcées plutôt qu'à un placement physique d'un objet ou d'une personne.

(8) Versets 27:12-14.

(9) Verset 11:26.

(10) Verset 27:13.

(11) Le Ramban donne la raison pour laquelle la bénédiction devait être placée sur le mont Gazarim et la bénédiction sur le mont Hébal plutôt que le contraire.

(12) D'une personne qui se tourne vers l'est et dont le sud est à droite. Il est approprié que la bénédiction provienne du côté droit.

(13) Jérémie 1:14.

(14) Il est intéressant de noter que cette supposition géographique du Ramban est exacte si l'on regarde les cartes dont nous disposons de nos jours.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Réé

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Selon le Ramban, qu'est-ce qui devait être "mis" (ou dirigé) vers les mont Gazirimm et Hébal ?

  • Rachi répondrait-il de la même façon à la question précédente ?

  • Si une personne se tourne vers l'est, quel mont se trouve sur sa droite et lequel se trouve sur sa gauche ?