9:2 "Et il [Moïse] dit à Aaron : 'Prends un veau adulte pour expiatoire'."

(1) Moïse, notre maître, avait été ordonné [auparavant] à propos de ces offrandes, tel qu'il est dit à la fin (2) : « Ceci est la chose qu'a ordonnée l'Éternel, accomplissez-la... », même si elle n'est pas mentionnée [d'une façon explicite].

Cela est également le cas pour (3) : « Et Moïse dit : "Voici ce qu'a ordonné le Seigneur : qu'un ômer plein de cette manne reste en dépôt pour vos générations"... », ainsi que pour (4) : « Je suis le D-ieu de Béthel... » où Ya'aqov raconta [à ses femmes le message qu'il avait reçu d'un ange]; dans ce cas également, il n'est pas mentionné que [ce commandement] lui fut communiqué auparavant.

Je vous ai déjà montré de nombreux exemples similaires dans les passages liés aux commandements de Pâque (5).

9:3 "[Moïse dit à Aaron] : 'Quant aux enfants d'Israël, tu leur parleras ainsi'..."

Cela signifie qu'Aaron devait leur parler de la sorte car Il (6) souhaitait qu'Aaron soit celui qui ordonnerait au nom de D-ieu et qu'il soit celui qui présenterait les offrandes afin qu'il en sorte grandi aux yeux du peuple.

[L'explication] la plus adéquate est la suivante. L'expression « Quant aux enfants d'Israël, tu leur parleras ainsi » signifie que « Toi [Aaron] et les anciens d'Israël déjà mentionnés (7) parlent aux enfants d'Israël ». De fait, c'est pour cette raison qu'Il (6) les appela : qu'ils parlent [aux enfants] d'Israël, d'une façon [identique à celle qui a déjà été mentionnée] (8) : « Et Moïse appela tous les anciens d'Israël et leur dit : "Choisissez (et prenez chacun du menu bétail pour vos familles et égorgez la victime pascale)". »

D'autre part, [il est possible que le verset nous enseigne que Moïse devait] dire à chaque ancien : « Quant aux enfants d'Israël, tu leur parleras ainsi ». [Dans ce cas,] l'explication [du verset serait la suivante] : « Et il [Moïse] dit à Aaron : "Prends (un veau adulte...)" (9) » et il dit [à chacun] des anciens : « Quant aux enfants d'Israël, tu leur parleras ainsi ».

De fait, l'individu qui s'adresse à un nombre important de personnes [le fait avec l'intention] de s'adresser d'une façon individuelle à chacune d'entre elles, d'une façon [identique à celle qui a déjà été mentionnée] (10) : «Je vous commandai, en ce temps-là, l'ordre suivant : "(L'Éternel, votre D-ieu, vous accorde ce pays")… "Mais vous marcherez en armes à la tête de vos frères". »

Il existe de nombreux exemples identiques dans le livre du Deutéronome.

Suite...

(1) Dans la mesure où le verset ne commence pas avec les mots : « L'Éternel parla à Moïse... », on pourrait penser que l'Éternel n'ordonna pas à Moïse le commandement qui est indiqué dans notre verset. En fait, le Ramban nous enseigne que plusieurs commandements de la Tora ne sont pas indiqués avoir été ordonnés par l'Éternel avant que Moïse les révèla.

(2) Verset 6.

(3) Éxode 16:32.

(4) Genèse 31:13.

(5) Éxode 11:1.

(6) C'est-à-dire : D-ieu.

(7) Au verset 1.

(8) Éxode 12:21.

(9) Verset 2 qui précède.

(10) Deutéronome 3:18. Au début du verset, Moïse s'adresse à tous les enfants d'Israël, tandis qu'à la fin, il s'adresse d'une façon plus spécifique aux seules tribus de Reuven et Gad.

Suite...

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Chemini

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Quelles sont les différentes interprétations qu'il est possible de donner à propos du premier verset de notre Paracha ?

  • Quelle est la différence d'opinion entre Rachi et le Ramban par rapport à la nature des sacrifices qui sont indiqués dans notre Paracha?