(Afin de lire la partie précédente du commentaire du Ramban sur la Paracha, cliquez ici.)

« Moïse dit (vayédaber ) à Aaron ainsi qu'à Éléazar et à Ithamar, ses fils survivants : "Prenez la part d'oblation" » (15) correspond à : « (Moché ) dit (va-yomer ) ». Ainsi, on trouve de nombreux cas [dans la Tora où les verbes « amor » et « daber » sont utilisés dans le même verset (16)] : « Parle (daber ) aux enfants d'Israël et dis-leur (v'amarta ) ».

L'usage de ces deux verbes est faite dans les passages [de la Tora] lorsqu'Il (17) désire les mettre vraiment en garde (18) afin [d'attirer leur attention] sur un sujet particulièrement important ou contre une habitude qu'ils ont prise de fauter [par rapport à un sujet spécifique].

Cela est ainsi le cas [dans notre verset (19)] : « Parle (emor ) aux pontifes (…) et dis-leur (v'amarta ) » (20). De la même façon, [le verset (21)] : « Ainsi parle l'Éternel, D-ieu d'Israël : "Va et parle (v'amarta ) à Sédécias, roi de Juda, et dis-lui (v'amarta ) : 'Voici ce que dit l'Éternel'..."» signifie « Va et parle (daber ) à Sédécias ».

Cela est également le cas [pour le verset (22)] : « Et lorsque la femme de Tekoa parla (vatomer ) au roi, elle se jeta la face contre la terre, se prosterna et dit (vatomer ) : "À mon aide, roi " »; cela signifie : « Et la femme parla (vatedaber ) au roi et dit (vatomer ) : "À mon aide, roi" ».

La signification [dans notre verset] de : «  Parle (va-yomer ) aux pontifes ... et dis-leur (v'amarta ) » est donc la même que : « Parle (daber ) aux pontifes et dis-leur (v'amarta ) » (16), c'est-à-dire : « Parle (daber ) au peuple [d'Israël] en Mon Nom et dis-leur (v'tomar ) » (23). Cela est comparable à (24) : « Va trouver Pharaon et dis-lui (v'amarta )... »

Selon de nombreux [Sages, l'expression] « Parle (daber ) aux enfants d'Israël » signifie « appeler » (qria ). [Ainsi, la signification est] : « Appelle les enfants d'Israël pour qu'ils se rassemblent devant toi et dis-leur (v'tomar ) ainsi... [Cela est également le cas de] : «  Parle (va-yomer ) aux pontifes pour qu'ils se rassemblent et écoutent... » (24) (25).

"(Parle) aux pontifes..."

(26) La raison pour laquelle il est dit « pontifes » (« kohanim ») est qu'en regard des commandements liés aux sacrifices, Il (17) dit (27) : « Parle à Aaron et à ses fils », sans qu'Il fasse mention [à leur statut] de « pontifes ».

De fait, les sujets [qui sont abordés dans notre Paracha ] concernent les sacrifices ou les différents degrés de Sainteté. Cependant, ici Il (17) met en garde [les pontifes] afin qu'ils ne se souillent jamais par l'impureté d'un cadavre, même s'ils n'entrent pas dans le Sanctuaire, ce qui est une distinction spécifique qui concerne seulement eux.

Par conséquent, la Tora (28) mentionne [ici le fait qu'ils sont] pontifes, ce qui signifie que c'est parce qu'ils sont les pontifes de l'Éternel et les serviteurs de D-ieu qu'Il leur dit qu'ils doivent se comporter avec révérence et grandeur et qu'ils ne doivent jamais se souiller. D'autre part, les [pontifes] qui sont des 'halalim (29) sont exclus de cette règle.

Suite...

(15) Précédemment 10:12.

(16) Nombres 15:38.

(17) C'est-à-dire : D-ieu.

(18) C'est-à-dire : mettre en garde les membres du peuple juif en ce qui concerne une loi particulière.

(19) C'est-à-dire : le premier verset de notre Paracha.

(20) C'est-à-dire : l'utilisation du verbe « lemor » peut être substituée par celle du verbe « ledaber », comme dans le verset (Nombres 18:26) : « Parle (t'daber ) aux Lévites et dis -leur (v'amarta ) ».

(21) Jérémie 34:2.

(22) Samuel II 14:4.

(23) Éxode 7:26.

(24) C'est-à-dire : « Appele les pontifies pour qu'ils se rassemblent et écoutent... »

(25) Ainsi selon le Ramban, les verbes « lemor » et « ledaber » signifient la même chose et la présence de ces deux verbes – ou la répétition d'un seul – dans un même verset indique une importance accrue du sujet qui y est discuté.

(26) Le Ramban tente de répondre à la question suivante : « Pour quelle raison est-il dit dans le verset "pontifes" ("kohanim"), tandis que précédemment (6:18) il est dit : «Parle à Aaron et à ses fils »? 

(27) Idem. (28) Littéralement : « les Écritures ».

(29) Un pontife « 'halal » est celui dont le père – lui-même pontife – a eu une relation interdite avec une femme. Un pontife 'halal est le fruit de cette union.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Émor

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Selon le Ramban et le sens strict de la loi, doit-on intervenir dans le cas où un enfant s'apprête à transgresser une loi de la Tora ? Dans l'affirmative, qui doit intervenir ?
  • Selon le Ramban, quelle différence existe-t-il entre les verbes « lemor » et « ledaber » (souvent traduits par : « parler »)?