19:2 "Parle à toute la communauté des enfants d'Israël".

Nos Sages (1) ont déjà dit (2) que ce passage [de la Tora] fut prononcé devant [toute] l'assemblée [du peuple juif] car les principes fondamentaux de la Tora en dépendent. Ceci est la raison [pour laquelle il est dit] : « Parle à toute la communauté des enfants d'Israël ».

Cependant [la raison pour laquelle ce passage] est mentionné à cet endroit dans la Torath Kohanim (3) est qu'il y est fait référence aux sacrifices de reconnaissance et également parce qu'il y est mentionné les sanctions qui ont été commandées d'exécuter à l'égard des individus qui commettent les abominations mentionnées [dans les passages précédents] ainsi que celle qui sont liées aux relations intimes interdites.

Ces sujets ont été inclus dans ce livre (4) pour la raison que nous avons indiquée [dans notre commentaire], au début du livre.

"Soyez saints !"

Selon Rachi : « Tenez-vous éloigné des relations intimes interdites et des péchés, car chaque fois que vous trouvez [dans la Tora] une mise en garde contre les relations intimes interdites, vous trouvez [également une mention] de la Sainteté ».

Cependant, dans Torath Kohanim (4), j'ai vu [le concept de Sainteté mentionné], en l'absence [de celui des relations intimes interdites. Dans ce cas], cela signifiait : « Retenez-vous ». De la même façon, [nos Sages] ont enseigné (5) [que le verset (6)] : « Sanctifiez vous et soyez saints, car Je suis saint » [signifie] : « De la même façon que Je suis saint, vous devez être saints. De la même façon que Je suis modéré, vous devez être modérés ».

Selon moi, cette modération ne fait pas référence seulement au fait de s'abstenir des relations intimes interdites, comme le Rabbi (7) l'a dit. Il s'agit plutôt de la modération qui est mentionnée maintes fois dans le Talmud et dont le nom des personnes qui la pratiquent est : « Pharisiens » (8).

La signification est la suivante : [d'une part], la Tora nous a mis en garde contre les relations intimes interdites et les aliments interdits. [D'autre part], les relations intimes entre un homme et sa femme sont autorisées, ainsi que [la consommation] de la viande et du vin. De la sorte, un homme submergé par ses désirs pourrait penser qu'il pourrait avoir des relations intimes un nombre de fois illimité avec sa femme ou avec des nombreuses autres femmes.

Si cela était le cas, il se retrouverait « parmi les buveurs de vin et parmi les amis de la bonne chère » (9). [Un homme pourrait également penser] qu'il lui est permis de parler de la façon qu'il veut et prononcer autant d'obscénités qu'il désire. De fait, [ces interdictions] ne sont pas mentionnées dans la Tora. [S'il agissait ainsi, cet homme] serait [pourtant] infâme, tout en étant resté dans le cadre de ce qui est autorisé par la Tora !

Suite...

(1) Littéralement : « nos Rabbins ».

(2) Torath Kohanim, au début de notre Paracha.

(3) En français : « la Loi des prêtres », c'est-àdire : le Lévitique. En d'autres termes : si ce passage est tellement important qu'il concerne « toute le communauté des enfants d'Israël », pour quelle raison est-il mentionné dans le livre du Lévitique qui concerne principalement les lois liées aux prêtres et aux sacrifices?

(4) C'est-à-dire : le livre du Lévitique.

(5) Torath Kohanim, Chemini 12:3.

(6) Lévitique 11:44.

(7) C'est-à-dire : Rachi.

(8) Littéralement : « ceux qui se séparent ».

(9) Proverbes 23:20.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Qédochim

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Selon le Ramban, est-il possible d'être une personne particulièrement infâme, tout en respectant toutes les lois de la Tora ?
  • Pouvez-vous donner quelques exemples de "Retenue" (en hébreu : "Prichouth") selon la Tora ?