10:1 "Car J'ai endurci son cœur".

Le Saint – béni soit-Il – informa Moïse que c'est Lui qui avait endurci leur cœur, malgré la peur qu'ils avaient eue de Lui pendant [la plaie de] la grêle et leur confession pour leur péchés (1). Et Il lui dit :

« La raison pour laquelle J'ai agi de la sorte est de Me permettre d'envoyer parmi eux ces signes que Je désire faire parmi eux – afin que les égyptiens prennent connaissance de Ma force – mais pas dans le but de les punir encore plus à cause de cet endurcissement ».

« De plus, [J'ai fait cela] afin que tu puisses – ainsi que tout Israël – raconter aux futures générations la force des Mes actions "et vous reconnaîtrez ainsi que Je suis l'Éternel" (2) et tout ce que Je désire, Je le fais dans les cieux et sur la terre ».

10:2 "Ce que J'ai fait (aux Égyptiens)".

« Je me suis moqué de lui (3) car c'est Moi qui ai endurci son cœur et me suis vengé de lui ». Cela est comparable [au verset] (4) : «  Celui qui réside dans les cieux en rit, le Seigneur se raille d'eux ».

À ce stade, le Saint – béni soit-Il – informa Moïse de la plaie des sauterelles et qu'il devait en parler à Pharaon (5). De fait, pour quelle raison [Hachem aurait dit à Moïse] : « rends toi chez Pharaon » (6) sans qu'il ait eu quelque chose à lui dire (7)? [La plaie des sauterelles] n'est-elle pas mentionnée seulement lorsque Moïse s'adressa à Pharaon (8)? [Dans le cas de notre verset], la Tora (9) est brève [sur ce sujet].

Cela fut également le cas précédemment (10) lors de la plaie de la grêle lorsque les paroles du Saint – béni soit-Il – sont rapportées [et qu'il est dit] à Moïse (10) : « Présente-toi devant Pharaon et dis-lui... ». Il est nullement mentionné ce que Moïse dit à Pharaon, tel que je l'ai expliqué (11). La raison pour cela est que [la Tora] ne désire pas s'étendre à deux reprises [sur ce sujet] (12) et qu'à différentes occasions elle est plutôt brève.

J'ai vu dans [le Midrach] Eileh Chemoth Rabbah (13) [ce qui suit] :

« [À propos de notre verset où il est dit] : "Afin que tu racontes à ton fils et à ton petit-fils", le Saint – béni soit-Il – informa Moïse de la nature de la plaie qu'Il s'apprétait [à faire subir aux égyptiens] et Moïse l'écriva sous forme d'allusion [de la façon suivante] : "Afin que tu racontes à ton fils et à ton petit-fils" et cela [fait référence] à la plaie des sauterelles. De la même façon, il est dit (14) : « Faites-en le récit à vos enfants ; que vos fils le racontent à leurs enfants... »

Suite...

(1) Voir Genèse 9:27-30.

(2) Verset 2 précédent.

(3) C'est-à-dire : de Pharaon.

(4) Psaumes 2:4.

(5) Et si vous doutiez de cela en disant que dans notre verset cette plaie n'est pas mentionnée...

(6) Verset 1 précédent.

(7) Le verset 1 n'indique pas ce que devait dire Moïse à Pharaon.

(8) Aux versets 4-6.

(9) Littéralement : « Les « Écritures ».

(10) Genèse 9:13.

(11) Ibid., versets 18-19.

(12) Une fois lorsque Hachem le dit à Moïse t une deuxièmme fois lorsque Moïse le dit à Pharaon.

(13) 13:4.

(14) Joel 1:3. Ce verset fait référence aux ravages que les sauterelles provoquèrent à l'époque du prophète Joël.

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Bo

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Selon le Ramban, Hachem a-t-Il endurci le coeur de Pharaon afin d'augmenter l'intensité de sa punition ?

  • Pour quelle raison la Tora choisit-elle d'être brève à certains endroits, tandis qu'elle est plus explicite à d'autres ?

  • Selon le Ramban la période qui sépara la plaie de la grêle de celle des sauterelles fut-elle courte ou longue ?