21:1 "Et voici les statuts que tu leur exposeras."

(1) La raison [pour laquelle les « statuts » sont présentés dans ce passage] et que [D-ieu] désirait leur donner la priorité. Dans la mesure où le premier commandement des Dix commandements consiste en croire en D-ieu et que le second concerne l'interdiction de l'idolâtrie, [D-ieu] commanda de nouveau à Moïse (2) : « Parle ainsi aux enfants d'Israël : "Vous avez vu, vous-mêmes, que du haut des cieux Je vous ai parlé".»

Cela signifie que tu [i.e. Moïse] dois de nouveau les mettre en garde qu'ils fassent attention à ce qu'ils ont vu et qu'ils prennent garde [à respecter d'une façon scrupuleuse] ces commandements que Je leur ai commandés (3). De fait, [l'expression] « Vous avez vu, vous-mêmes » correspond au commandement « Je suis l'Éternel (ton D-ieu) » (4), [l'expression] « Ne M'associez aucune divinité, (dieux d'argent, dieux d'or) » (5) correspond à « Tu n'auras point (d'autre dieu que Moi) » (6), ce qui complète le sujet de l'idolâtrie.

(7) [L'expression] « Et voici les statuts » correspond à « Ne convoite pas (la maison de ton prochain) » (8). De fait lorsque l'homme ne connaît pas les statuts (9) qui ont trait à la maison au champ ou à d'autres biens, il pourrait penser que ces biens lui appartiennent, les convoiter et les prendre pour lui-même. C'est pour cela qu'il est écrit « Tu leur exposeras » des statuts loyaux qui régiront leurs rapport mutuels et qui [leur permettront] de ne pas convoiter ce qui ne leur appartient pas selon la loi.

Et c'est ainsi que [nos Sages] ont dit dans le Midrach Rabbah (10) : « Toute la Tora dépend de la justice et c'est la raison pour laquelle le Saint – béni soit-Il – donna les lois civiles [immédiatement] après les Dix commandements ».

De la même façon, [D-ieu] explique [dans ce passage] « Et voici les statuts », la loi liée à l'idolâtrie (11), le respect dû aux parents (12), le meurtre (13) et l'adultère (14) qui sont tous mentionnés dans les Dix commandements.

[Nos Sages] ont expliqué (15) que « l'expression "Tu leur exposeras" ("tassim lifnéhem") (16) signifie : ["Tu les exposeras précisément aux enfants d'Israël"], mais pas aux personnes non-juives ». La raison est qu'il aurait été approprié de dire « Tu exposeras pour eux » ("tassim lahem"), de la même façon qu'il est dit (17) : « Il lui exposa ("sam lo") un principe et une loi ».

Suite...

(1) Le Ramban désire répondre à deux questions : 1) Pour quelle raison les « statuts » sont-ils présentés de la sorte, c'est-à-dire : avant les autres commandements ? 2) Quelle est la signification de l'expression : «  Tu leur exposeras » (littéralement : « Tu mettras devant eux ») ?

(2) Précédemment, 20:19.

(3) Selon le Ramban, les deux premiers commandements (enseignés dans le chapitre précédent aux versets 2 et 3) qui concernent la croyance en D-ieu et l'interdiction de l'idolâtrie, sont expliqués un peu loin (au même chapitre, aux versets 19 et 20).

(4) Précédemment, 20:2.

(5) Ibid., verset 20.

(6) Ibid., verset 3.

(7) Le Ramban revient maintenant à notre Paracha et continue sa comparaison avec les Dix commandements enseignés au chapitre 20 qui précède.

(8) C'est-à-dire au dixième commandement enseigné au chapitre 20, verset 14.

(9) C'est-à-dire : les lois.

(10) Chémoth 30:15.

(11) Plus loin, 22:19.

(12) Dans notre chapitre, versets 15-17.

(13) Ibid., 12-14.

(14) Plus loin, 22:16-17.

(15) Tan'houma, Michpatim 6.

(16) Littéralement : « Tu mettras devant eux ».

(17) Éxode 15:25. D-ieu parla à Moïse pour lui communiquer un principe et une loi selon lesquels « si Moïse écoutait la voix de l'Éternel... » La question se pose donc : pour quelle raison le mot « lifnéhem » (au singulier : « lifné ») est-il employé ? Le Ramban répond en disant que dans la mesure où...

(Extrait de l'ouvrage à paraître aux Éditions Sichy : "Commentaire du Ramban sur la Paracha" ).

Questions sur la Paracha Michpatim

Approfondissez vos connaissances en répondant à ces questions :

  • Quel est le lien entre notre Paracha et les Dix commandements ?

  • Les statuts devaient-ils être présentés à tous les peuples ?